Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interroger les principes esthétiques des images d'information

Publié le par annepaingault

Le Nouvel Observateur  Rue 89

 

     « Madone de Bentalha » : l'art décrypte une photo de presse

http://www.rue89.com/2009/10/05/madone-de-bentalha-lart-decrypte-une-photo-de-presse

 

La Madonne de Bentalha, sculpture de Pascal Covert (P. Haski/Rue89)

Le destin de cette photo est exceptionnel. C'est à Montréal, à la galerie de l'Université UQAM, que je suis tombé sur la sculpture de Pascal Convert, intitulée « La Madone de Bentalha ». Difficile de ne pas revoir immédiatement LA photo qui avait incarné les massacres des années 90 en Algérie, prise par un photographe de l'AFP, Hocine Zaourar, et qui a suscité tant de polémiques. Revoici la photo.

 Pascal Convert ne s'est pas contenté, si l'on ose dire, de reproduire en cire la scène de douleur prise dans la commune de Bentalha en 1997, après un abominable massacre nocturne. Dans ce travail qui remonte à 2002, il a fait tout un travail de recherche, de décryptage, d'explication, dans un documentaire projeté dans la galerie, et dont est extrait ce cliché de la « Madone ». (Voir un extrait du documentaire)

 

Cette photo a littéralement fait le tour du monde, placardée à la une des journaux sur tous les continents, et a remporté le World Press Photo 1997, la plus haute récompense pour un photographe. Mais elle a aussi suscité des tonnes de polémiques, notamment sur l'emploi du mot « madone » dans un contexte islamique, et même un procès en Algérie, lorsque le photographe de l'AFP a été accusé -à tort- d'avoir organisé une mise en scène.

 

Bentalha2.JPG

Dans un travail très original et stimulant, l'artiste français a repris le fil de cette photo. Il est allé à la rencontre du photographe Hocine Zaourar en Algérie, de ses amis, de ses détracteurs, a interviewé des experts comme Christian Caujolle, maître du décryptage de l'image, ou le philosophe et historien de l'art Georges Didi-Huberman, ou encore le journaliste du Monde, Michel Guerrin, auteur du premier article sur cette photo intitulé « Une Madone en enfer ».

 

Bentalha24.JPG

Pascal Convert a essayé de comprendre comment cette photo avait été réalisée, la démarche du photographe, comment elle a échappé à son auteur, comment elle est devenue une icône (voir ci-contre comment L'Express la met à l'époque sur le même plan que l'accident de la princesse Diana) et comment une photo de presse peut à ce point devenir un enjeu dans la bataille du sens et des symboles qui entoure toute guerre civile.

Un travail qui s'inscrit dans une trilogie avec « La Pietà du Kosovo », tirée d'une photo de Georges Mérillon, et « Mort de Mohamed Al Dura », tirée des images du caméraman palestinien de France2, Talal Abou Rahmeh, à l'origine d'une violente polémique qui ne faiblit pas.

L'œuvre fait aujourd'hui partie de la collection du musée d'Art moderne du Grand-duché du Luxembourg.

La commissaire de l'exposition, Gaëlle Morel,

 

explique que

cette œuvre de Pascal Convert

« interroge les principes esthétiques des images d'information » :

 

« L'artiste offre un nouveau regard sur ces clichés consommés par un large public et inscrits dans la mémoire collective. Transformer et réinterpréter ces photographies par le biais de la sculpture ou de l'installation impose ainsi de se mettre face à la douleur et au sort réservé à l'autre dans le monde contemporain. »

Le travail de décryptage de l'artiste est le bienvenu dans un monde saturé d'images, avec ses possibles manipulations (ainsi Christian Caujolle critique dans le documentaire le recadrage qui a été effectué sur cette « Madone », éliminant les éléments de contextualisation qui en auraient atténue la portée émotionnelle) ou encore la surinterprétation qui peut en être faite.

Mais n'oublions pas la source première de l'œuvre :

la photo et le photographe, en l'occurence Hocine Zaourar

(ci-dessous, dans ce cliché tiré du documentaire de Pascal Convert), qui a pris tous les risques pour témoigner de la tragédie que vivait son pays. Dans tous les conflits du monde, les photographes ont payé le plus lourd tribut pour rendre compte de ces drames.

Au moment où le photojournalisme est en crise profonde, cette photo et son prolongement réalisé par un artiste sont de formidables témoignages sur l'importance de l'image dans la production d'informations et de sens dans notre monde.


  La Madonne de Bentalha, sculpture de Pascal Covert (P. Haski/Rue89

Commenter cet article