Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

AUTOBIOGRAPHIE : Quand j'avais cinq ans j'mai tué ...

Publié le par annepaingault

AUTOBIOGRAPHIE : Quand j'avais cinq ans j'mai tué ...
 

Editeur : Points  Année : 1981   Genre : roman


 
Il voulait voir s'envoler les minutes... Gil n'a que huit ans. Mais son petit cœur a déjà connu de bien grands sentiments. Trop grands. Trop forts... A cause de ce qu'il a fait à Jessica, le voici dans une résidence spécialisée. Seul, face à la bêtise des adultes qui transforment ses rêves en symptômes cliniques, et son amour en attentat. Seul dans une forteresse de silence. Qui pourra l'y rechercher ? Une émotion pure, dans une langue merveilleusement préservée.

   Si quelqu’un est qualifié pour parler des enfants, et plus encore de problèmes psychologiques liés à l’enfance, c’est bien Howard Buten, clowm, psychologue américano-français, orienté vers les enfants autistes.
   
   Et justement c’est d’enfant que va nous parler ce roman, d’enfant et d’un problème psychologique largement dû à la différence d’appréciation qui peut résider entre des adultes et un enfant.
 On perd son âme d’enfant en devenant adulte, on peut se demander si l’on ne perd pas aussi sa mémoire d’enfant ou pire, son âme plus simplement?

 
« Il m’a dit tout doucement :
   - Là, là, fiston, tout va bien, pleure pas.
   - Je pleure pas, j’ai dit, je suis un grand garçon.
   Mais je pleurais. Alors mon papa m’a dit que tous les jours il y a des gens qui deviennent morts et que personne sait pourquoi. C’est comme ça, c’est les règles. Et puis il est redescendu.
   Je suis resté assis sur mon lit très longtemps. Assis, comme ça, longtemps, longtemps. J’avais quelque chose de cassé à l’intérieur, je sentais ça dans mon ventre et je savais pas quoi faire. Alors je m’ai couché par terre.
J’ai tendu le doigt avec lequel faut pas montrer et je l’ai appuyé contre ma tête. Et puis j’ai fait poum avec mon pouce et je m’ai tué. »

   
   Comme on peut le constater, Howard Buten nous raconte l’histoire de Gil, huit ans, à la première personne du singulier et avec le langage de cet âge. Cela  rend la lecture plus touchante peut-être.
   
   Gil réside à la Résidence Home d’enfants «Les Pâquerettes». Réside n’est pas le bon terme à vrai dire, est interné serait plus juste. Son crime? … A dire vrai, de crime il n’y a pas. Mais il y a un gigantesque malentendu, le malentendu éternel entre les adultes et les enfants. sur le comment voien,t et jugent les adultes , trop adultes, du monde des enfants et ce malentendu là porte sur la découverte de l’amour par Gil à cinq ans, découverte qui pourrait être magnifique et qui, au travers des préjugés des adultes devient un problème, le problème de Gil et la raison de sa présence aux «Pâquerettes».


Un roman d'amour. Raconté par un garçon de huit ans, qui dérange et bouleverse... Gil, victime de la bêtise des adultes qui transforment ses rêves en symptômes cliniques, et son amour en attentat.



 
AUTOBIOGRAPHIE : Quand j'avais cinq ans j'mai tué ...

Commenter cet article