Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Clin d'Oeil à...........LA FIAC

Publié le par annepaingault

Du 23 au 26 octobre, la Foire internationale d’art contemporain (FIAC) de Paris rassemble galeries et collectionneurs internationaux. Contre toute attente, le marché de l’art a atteint un nouveau record du montant des ventes en 2013, entraînant la hausse globale des œuvres d’art contemporain.

Du 23 au 26 octobre, la Foire internationale d’art contemporain (FIAC) de Paris rassemble galeries et collectionneurs internationaux. Contre toute attente, le marché de l’art a atteint un nouveau record du montant des ventes en 2013, entraînant la hausse globale des œuvres d’art contemporain.

"L'art est devenu un instrument de pouvoir comme en témoigne la ruée des politiques et des hommes d'affaires au Grand Palais, où certains ont beaucoup acheté.

L'art est devenu un formidable outil de communication. Pour cette 41e édition de la Fiac qui a fermé ses portes dimanche et enregistré un record d'affluence

- 74.567 entrées en 5 jours, soit une hausse de 1,4 % par rapport à 2013 -,

les politiques n'ont pas hésité à montrer leurs frimousses dans les allées du Grand Palais. Pour certains, comme le Président François Hollande, le premier ministre Manuel Valls ou le nouveau ministre de la Culture Fleur Pellerin, venir le jour de l'inauguration était inévitable même si la visite était fort bien calculée.

Quoi de mieux que l'art contemporain, secteur parmi les plus médiatiques, en raison des centaines de millions qu'il brasse chaque année, pour redorer son image.

Si des collectionneurs comme Jacques Toubon, Laurent Fabius, Renaud Donnedieu de Vabres ou Jean-Jacques Aillagon sont des habitués de toutes les foires, de Paris à Bâle, en passant par Hongkong et Miami, il n'en va pas de même pour Anne Hidalgo, Alain Juppé, Arnaud Montebourg ou Martine Aubry. Depuis quand s'intéressent-ils vraiment aux œuvres d'art qui ont échappé, une fois de plus et de justesse, aux menaces d'ISF initiées par les socialistes et qui aurait eu un effet boomerang catastrophique sur ce secteur d'activités draînant des milliers d'emplois?

François Pinault a acquis 37 pièces en une seule matinée

Si la rivalité est grande entre politiques, elle l'est tout autant entre hommes d'affaires qui veulent être à la une des médias, par le biais généralement de leur fondation. Depuis toujours Bernard Arnault est en compétition avec François Pinault. Ce dernier avait pris plusieurs longueurs d'avance, en installant sa collection entre la Pointe de la Douane et le Palazzo Grassi, après avoir renoncé à l'implanter dans un bâtiment signé Tadao Ando sur l'île Seguin, en raison des barrages administratifs et politiques. Cette fois, le Président de LVMH lui a ravi la vedette en inaugurant, en pleine Fiac, l'incroyable nuage de verre de Frank Gehry, au Jardin d'acclimatation, dans le bois de Boulogne.

L'évènement a été diffusé aux quatre coins du globe. Et même si sa collection constituée avec doigté par Suzanne Pagé, ex-directrice du musée d'art moderne de la Ville de Paris, n'a été qu'en partie dévoilée avec des pièces monumentale de Gerhardt Richter, Thomas Schütte ou Olafur Eliasson, elle excite déjà les foules. De quoi faire pâlir le milliardaire breton qui a décidé de communiquer, ce qui n'est pas dans ses habitudes, sur ses achats de la Fiac pour sa collection.

Ainsi, on apprenait de ses conseillers et collaborateurs, Jean-Jacques Aillagon, Odile de Labouchère, Martin Bethenod et plus encore Caroline Bourgeois, que celui-ci avait fait l'acquisition de pas moins de 37 pièces mercredi, en une seule matinée! Et, pour certaines, d'artistes français, ce qui dénote avec le passé, où on lui a souvent reproché de ne pas défendre la scène hexagonale. On a vu François Pinault s'attarder longuement devant le bloc de résine bleu iceberg de Roni Horn, l'Américaine de 60 ans qui est en bonne place chez lui, à la Douane, à Venise. Son rond translucide de 6 tonnes, posé sur un parquet renforcé, était proposé à 3,5 millions de dollars par la galerie de Zurich et de Londres Hauser & Wirth."

cf :http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2014/10/27/03015-20141027ARTFIG00274-fiac-2014-la-razzia-de-francois-pinault-laurent-dumas-edouard
carmignac.php

Dans son programme hors les murs, la FIAC se déploie cette année place Vendôme, au jardin des Tuileries, au jardin des Plantes et dans le Museum national d’Histoire naturelle, sur les Berges de Seine et dans l’amphithéâtre de l’Ecole des Beaux-Arts de Paris.

Douglas Gordon Exhibition view Phantom, Galerie Yvon Lambert, Paris, 2011 Installation Variable dimensions © Studio lost but found / VG Bild-Kunst, Bonn 2014 / Photo Didier Barroso	 En savoir plus sur http://www.fiac.com/galeries/mathieucnac-130274#FXtwPm6Uff30VZ2Y.99

Douglas Gordon Exhibition view Phantom, Galerie Yvon Lambert, Paris, 2011 Installation Variable dimensions © Studio lost but found / VG Bild-Kunst, Bonn 2014 / Photo Didier Barroso En savoir plus sur http://www.fiac.com/galeries/mathieucnac-130274#FXtwPm6Uff30VZ2Y.99

Commenter cet article